Lady Godiva

Publié le par mirzhin

Légende

L'histoire raconte qu'elle était la belle épouse de Leofric III (968-1057), comte de Mercie et seigneur de Coventry. Les habitants de cette ville souffraient sous l'imposition accablante du comte. À plusieurs reprises, Dame Godiva fit appel à son mari, qui refusait obstinément de diminuer les taxes. Enfin, las, il prétendit satisfaire à sa demande si elle montait à cheval nue dans les rues de la ville. Dame Godiva le prit au mot, et traversa la ville, vêtue seulement de ses longs cheveux. Son mari tint sa promesse et supprima les impôts onéreux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La forme la plus ancienne de la légende raconte le passage de Godiva au marché de Coventry, d'une extrémité à l'autre alors que le peuple était rassemblé, surveillé seulement par deux cavalières (vêtues). Cette version est narrée dans Flores Historiarum par Roger de Wendover (décédé en 1236), un collectionneur d'anecdotes quelque peu crédule, qui citait lui-même un autre auteur plus ancien.

 

 

 

 

 

 

On pense généralement que les cheveux longs de Godiva est une partie de la légende ajoutée postérieurement. Certains autres éléments thématiques sont familiers dans une fable : le seigneur intransigeant, la promesse exigée, des conditions de vie très difficiles, la chasteté. Un élément par contre ne l'est pas : la puissance et l'indépendance d'une veuve anglo-saxonne de la classe aristocratique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalité

Il est certain qu'une dame de ce nom a existé au XIe siècle, comme le démontrent plusieurs documents antiques, comme la charte de Stow, la charte de Spalding, et l'enquête de Domesday, bien que l'épellation du nom change considérablement suivant les écrits. Il apparaîtrait dans les chroniques d'Ely (Liber Eliensis), à la fin du XIIe siècle, qu'elle était veuve quand Leofric l'a épousée en 1040. Elle a aidé à la fondation d'un monastère à Stow, Lincolnshire. En 1043, elle persuade son mari de construire un monastère bénédictin à Coventry. Sa devise, « di Ego Godiva Comitissa diu istud desideravi », a été trouvée sur la charte donnée par son frère, Thorold de Bucknall, shérif de Lincolnshire, au monastère bénédictin de Spalding ; et elle est commémorée comme bienfaitrice dans d'autres monastères, à Leominster, Chester, Wenlock, Worcester, et Evesham. Son nom est mentionné dans l'enquête de Domesday de 1085, comme une des quelques Anglo-Saxons à défendre leurs terres après sa conquête, et la seule femme mentionnée en tant que détentrice d'un fief. Elle est probablement morte quelques années après et a été enterrée sous un des porches de l'église de l'abbaye. Dugdale (1656) affirma qu'une veuve, avec des représentations de Leofric et Godiva, a été placée dans l'église de la Trinité , à Coventry, pendant le règne de Richard II.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cortège de Godiva, une commémoration du tour légendaire institué le 31 mai 1678, en tant qu'élément de la foire de Coventry, a été célébré régulièrement jusqu'en 1826. De 1848 à 1887 il a été rétabli, et continue encore aujourd'hui.

 

 

 

extrait du site Wikipédia

 

 

 

 

Publié dans Légende celtique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mogiza 30/08/2009 16:14

On dit aussi que par respect pour la dame... face a l humiliation que voulait lui faire subir son mari... les habitants se sont retranchés derriere le fenetres closes et on detourné le regard a son passage...J aime ces legendes!!!

Serge 12/02/2006 13:22

Je te rassure,il n'est pas de moi mais j'ai l'autorisation de le publier. Bretagne Pour que le sang joyeux dompte l'esprit morose, Il faut, tout parfumé du sel des goëmons, Que le souffle atlantique emplisse tes poumons ; Arvor t'offre ses caps que la mer blanche arrose. L'ajonc fleurit et la bruyère est déjà rose. La terre des vieux clans, des nains et des démons, Ami, te garde encor, sur le granit des monts, L'homme immobile auprès de l'immuable chose. Viens. Partout tu verras, par les landes d'Arèz, Monter vers le ciel morne, infrangible cyprès, Le menhir sous lequel gît la cendre du Brave ; Et l'Océan, qui roule en un lit d'algues d'or Is la voluptueuse et la grande Occismor, Bercera ton cour triste à son murmure grave.

mirzhin 13/02/2006 00:14

c'est joliiiii

David 09/02/2006 09:22

L'heureuse maman, se joint a moi pour te remercier de ton gentil com pour la naissance de Dakota.

carabosse 08/02/2006 13:07

superbe ton blog!

zordar 08/02/2006 12:42

Ton article est passionant. Il complete bien celui de Sire Petit Seb sur le même sujet
J'adooooore les légendes !!